La Saponification : comment faire du Savon à la Maison ?

par | 16/Mar/2022 | Savon | 0 commentaires

En quête de produits sains ou envie de faire vos produits du quotidien, faire son savon maison est une alternative économique, écologique et amusante qui mettra votre créativité au service d’une vie plus saine ! Ouvrez vos écoutilles et tenez-vous prêt, car une bonne recette de savon n’est pas sorcier !

Découvrons ensemble les secrets de la saponification…

Qu’est-ce que la saponification ?

corps gras + base forte = savon + glycérine

La saponification, ce n’est rien de plus qu’une réaction chimique entre 2 ingrédients : les corps gras et une base forte. 

C’est cette réaction de saponification qui crée le savon, et crée aussi de la glycérine naturellement présente dans le savon. La glycérine est un agent hydratant et humectant, qui aide à retenir l’eau dans la peau. Un atout pour vos savons qui seront naturellement doux pour la peau !

Les corps gras sont les huiles végétales ou les graisses d’origine animale. Car oui, toutes les graisses peuvent être saponifiées, autrement dit, transformées en savon !

La base forte utilisée sera soit la soude caustique pour la fabrication de savons solides, soit la potasse pour fabriquer des savons liquide. 

On parle de base forte car il s’agit d’ingrédients fortement alcalins. Alca-quoi ?

Tout est une histoire de pH : le pH est l’indicateur qui définit le caractère acide, neutre ou basique – alcaline d’une solution.

Si elle est inférieure à 7, on dit que le mélange est acide, comme le jus de citron ou le vinaigre. Un pH neutre est de 7, comme l’eau. Un mélange alcalin signifie que sa valeur en pH est supérieure à 7. La soude caustique est un ingrédient fortement alcalin, puisque son pH est de 13, c’est donc l’un des ingrédients incontournables dans la fabrication du savon en saponification à froid

Fini les cours de chimie, revenons à nos savons.

Bien que naturelle, la soude caustique est un ingrédient extrêmement alcalin, donc corrosif, et peut causer des brûlures au contact de la peau. Il est donc nécessaire de prendre des précautions lors de sa manipulation : c’est la raison pour laquelle il est impératif de porter gants, lunettes, manches longues et masque respiratoire. Car oui, la fabrication d’un produit naturel n’est pas toujours inoffensive ! Nous reviendrons plus tard sur les précautions à prendre lors de la manipulation de ces produits.

Pourquoi choisir la saponification à froid ?

La formation du savon est le résultat du mélange entre les huiles végétales et une base forte, la soude caustique, qui font opérer la magie de la saponification à froid.

C’est une méthode artisanale utilisée en cosmétique maison car elle est peu énergivore et préserve les bienfaits des huiles et des beurres végétaux sélectionnés pour la recette. 

La réaction se faisant « à froid », elle conserve ainsi la totalité de la glycérine naturellement présente et permet de créer des savons hydratants, nourrissants et apaisants, idéals pour les peaux sèches ou sensibles de toute la famille. 

Les réactions de la saponification à froid

Le mélange des corps gras et de la soude caustique produisent une réaction exothermique et totale : une réaction exothermique signifie qu’elle va dégager de la chaleur. Une réaction totale signifie que la réaction chimique durera jusqu’à ce que l’un des deux ingrédients arrive à épuisement : soit la soude caustique, soit les corps gras. Si l’huile arrive en premier à l’épuisement, on obtiendra un savon caustique. Si c’est la soude qui arrive en premier à l’épuisement, on obtiendra un savon surgras

On préfère bien sûr cette deuxième option, pour éviter d’obtenir un savon corrosif. Il sera donc essentiel que la recette contienne plus d’huile que de soude, pour s’assurer que toute la soude se transforme en savon : c’est ce qu’on appelle le surgraissage

Quels sont les ingrédients nécessaires pour faire un savon solide maison ?

La soude caustique

La soude caustique existe sous deux formes différentes : sous forme pure et sous forme diluée comme la « lessive de soude » ou « soude liquide ». Les deux sont utilisées pour fabriquer des savons solides en saponification.

Vous trouverez la forme pure de soude dans les magasins de bricolage ou les drogueries. Sa manipulation doit se faire avec précautions (vous n’en trouverez donc pas en vrac !). Il est important de vérifier que votre soude soit pure et qu’elle ne contienne pas d’ajouts comme des billes d’aluminium ou d’autres composants. Pour faire vos savons, il faudra diluer ces billes dans un liquide. Pas question de les verser pures dans un corps gras, car la soude est soluble dans l’eau et pas dans l’huile. Cette étape est donc indispensable. Il faudra donc calculer précisément la quantité de soude nécessaire à diluer dans l’eau, avec l’aide d’un calculateur de saponification.

Le contact de la soude pure et l’eau produit une réaction exothermique, c’est-à-dire qu’elle va monter rapidement en température et produire un dégagement de vapeurs irritantes pour les voies respiratoires : le masque respiratoire est donc indispensable !

Il faudra ensuite attendre que sa température baisse en dessous de 40°C pour pouvoir l’utiliser et ne pas brûler vos huiles.

La soude liquide, ou lessive de soude, se trouve en droguerie ou en magasin de bricolage mais vous en croiserez aussi en grande surface. Vérifiez bien qu’elle soit uniquement composée d’hydroxyde de sodium et d’eau. Si vous trouvez une valeur en pourcentage, généralement aux alentours de 30%, cela correspond à la concentration de soude dans l’eau. Cette valeur sera indispensable pour vos calculs dans le calculateur de saponification. 

Soude pure ou soude liquide : que choisir pour faire ses savons ?

La lessive de soude a quelques avantages pratiques : elle est déjà diluée et la réaction exothermique est déjà faite. Vous évitez donc l’étape dilution et par la même occasion, les risques de projections et les vapeurs irritantes de la soude pure. C’est finalement une version prête à l’emploi, plus adaptée aux débutants.

La soude pure permet en revanche une plus grande liberté : vous pourrez choisir de la diluer dans des liquides, comme le café, le lait ou une infusion de plantes pour créer des savons originaux aux diverses propriétés. Elle génère aussi moins de déchets, puisqu’un bidon de soude pure vous permettra en moyenne de réaliser 3 fois plus de savon qu’avec une bouteille de soude liquide.

L’idéal sera donc de commencer à se lancer dans la saponification avec de la soude diluée pour gagner du temps et éviter les galères, et profiter de la liberté du choix des huiles pour s’amuser à créer des savons personnalisés !

Les huiles végétales

Deuxième ingrédient pour votre savon maison : les corps gras, qui peuvent tous être saponifiés ! Huile de coco, huile d’olive, beurre de karité, beurre de cacao… Le règne végétal nous a gâté et il existe une multitude d’huiles et de beurres que vous pourrez utiliser pour fabriquer vos savons.

Si vous utilisez des huiles végétales pour leurs propriétés en cosmétique, il est important de savoir qu’elles sont parfois très différentes de leurs propriétés en savonnerie. Car oui, la réaction de saponification transforme les acides gras présents dans les huiles pour donner leurs propriétés aux savons : moussant, crémeux ou décapant… 

Prenons l’huile de coco par exemple : si vous vous représentez une huile dense, grasse et nourrissante, vous imaginez peut-être qu’en mettre beaucoup dans votre recette créera un savon très riche et nourrissant ? C’est raté ! 

L’huile de coco donne au savon un grand pouvoir lavant, ce qui peut en faire un savon très agressif si elle est présente en grande quantité. Ça marche pour le ménage, mais moins pour la peau !

Il est aussi possible de n’utiliser qu’une seule huile pour réaliser votre savon… À condition de bien la choisir ! Chaque huile à ses points forts et ses points faibles : certaines huiles, comme l’huile d’olive, donnent des savons qui ne moussent pas mais qui sont très doux. L’huile de coco forme des savons qui moussent beaucoup mais très décapants. Il pourra donc être intéressant de mélanger ces deux huiles dans votre recette pour combiner leur potentiel. Il n’y a pas de nombre minimum ou maximum d’huiles à utiliser en saponification !

Calculateur de saponification

La saponification, c’est comme la pâtisserie : mieux vaut être précis !

Lorsque vous choisissez les huiles pour faire votre savon, l’indice de saponification est une donnée importante à relever pour définir la proportion de soude à utiliser. Chaque huile possède son propre indice de saponification, aussi appelé indice SAP ou valeur SAP. Le calculateur de saponification vous permettra de définir la quantité de soude caustique nécessaire en fonction du type et de la quantité d’huiles utilisées.

Les calculs sont une étape primordiale pour la préparation de votre savon, car s’il n’est pas correct, vous risquez d’obtenir un savon caustique, donc très corrosif pour votre peau.

Les indices de saponification peuvent varier d’un calculateur de saponification à un autre : il sera préférable d’utiliser le même calculateur pour toute la recette !

Vous trouverez gratuitement en ligne de nombreux calculateurs pour élaborer vos recettes. Nous vous recommandons l’utilisation du calculateur Soapcalc ou celui d’Aromazone.

Le surgraissage : quelles huiles et beurres choisir ?

Profitez pleinement des bienfaits des huiles et beurres végétaux en les ajoutant en fin de préparation. Ajouter des corps gras après la réaction de saponification permet aux huiles ajoutées de ne plus être attaquées par la soude caustique et de conserver toutes leurs propriétés. Vous pouvez ajouter jusqu’à 10% d’huiles en surgraissage additionnel. 

Voici un petit guide des huiles et beurres à ajouter pour vos savons surgras : 

  • Pour un savon nourrissant : huiles d’Amande douce, huile d’Olive, de germes de Blé, d’Avocat, d’Argan, de Sésame ou de Macadamia.
  • Pour un savon revitalisant et anti-âge : huiles de Framboise, d’Onagre, de Rose musquée ou de Bourrache.
  • Pour un savon purifiant : huiles de Neem, de Nigelle ou de Calophylle inophyle.
  • Pour un savon apaisant : huile de Cranberry, de Framboise ou le macérât huileux de Calendula.
  • Pour un savon riche et crémeux : les beurres de Karité, de Cacao, de Tucuma ou de Mangue.

Comment faire des savons colorés ?

savons colorés

Profitez de la fabrication de vos savons pour en faire une activité créative en créant de jolis pains de savons colorés.

Pour ça, plusieurs colorants sont utilisables : 

  • Les colorants minéraux : oxydes minéraux, micas, ocres ou argiles colorées. 

Pour faciliter la coloration du savon de manière homogène, vous pouvez mélanger ces colorants insolubles dans un peu d’eau ou d’huile (et hop, un surgraissage de plus !), la dispersion sera variable selon le colorant choisi, à vous de faire vos tests !

Vous pouvez aussi ajouter votre colorant directement dans votre pâte à savon et utiliser un mixeur pour rendre le tout bien homogène.

  • Les colorants végétaux : Les poudres de plantes sont nombreuses et vous laissent le choix de colorer vos savons à votre guise ! Ajoutez-les au moment de la trace et mélangez bien avec un mixeur :
  • Rose : la poudre de Manjishta ou poudre de Garance
  • Orange : la poudre d’Urucum
  • Rouge-brun : Curcuma
  • Noir intense : Charbon végétal
  • Marron : Caramel en poudre (pensez à le pré-dissoudre dans l’eau avant d’ajouter à la préparation) ou poudre de cacao
  • Vert : poudre d’ortie ou spiruline

Astuce : Libre à vous de trouver d’autres extraits végétaux pour colorer vos savons : pensez à tester la poudre choisie avec un peu de soude, car elle altère parfois certaines couleurs, notamment les tons violets comme le jus de Betterave et la poudre d’Hibiscus.

  • Les huiles colorées : certaines huiles sont naturellement colorées et apporteront un surgraissage supplémentaire à votre savon. C’est 2 en 1 ! Les huiles de Buriti, de germes de Blé et les macérâts de Carotte ou de Calendula donneront à vos savons une note jaune-orangée.

Astuce : Vous pouvez colorer vous-même vos huiles ! Certaines poudres de plantes, selon la solubilité de leurs pigments, pourront être mélangées aux huiles. Cela permet un rendu plus doux et sans grains à vos savons. Par exemple, l’Urucum macéré dans l’huile donne une huile orangée !

Comment parfumer vos savons maison ?

Il est difficile de prévoir la tenue des odeurs lors de la saponification à froid. Certaines huiles essentielles et fragrances naturelles pourront donner à vos savons un parfum naturel, les notes de fonds tiendront mieux que les notes volatiles comme les agrumes. 

Pour être sûr de choisir des huiles essentielles qui garderont leurs senteurs dans vos savons, vous pouvez utilisez les huiles essentielles suivantes, à hauteur de 1 à 5% par rapport au poids total des huiles utilisées dans votre savon : 

  • Pour des notes de fond qui tiennent sur la durée : Patchouli, Cannelle, Muscade, Girofle, Vétiver, Cèdre de l’Atlas et Amyris.
  • Pour des notes de coeur puissantes : Romarin à cinéole, Lavande vraie, Palmarès, Menthe poivrée et Menthe verte, Thym à linalol, Ylang-Ylang, Coriandre.
  • Pour des notes de têtes intenses : Lemongrass, Gingembre, Eucalyptus, Amande amère ou Listée citronnée.

La tenue de l’odeur des fragrances naturelles est aussi aléatoire. Utilisez-les en grande proportion, au moins 3 à 5% et choisissez des fragrances comme celles de Lilas blanc ou de Mûre sauvage. De manière générales, les extraits aromatiques naturels ne tiennent pas en saponification à froid.

À savoir : l’odeur des huiles végétales saponifiées disparaissent totalement en saponification à froid. Il est quand même possible de garder la senteur des huiles ou beurres ajoutés en fin de préparation, comme le beurre de cacao ou l’huile de sésame.

Comment prolonger la vie de mon savon ?

Les antioxydants pourront éviter l’oxydation des huiles utilisées. Vous pouvez ajouter de la Vitamine E, entre 0,1 et 0,2% ou de l’extrait CO2 de Romarin entre 0,1 et 0,4% au moment de la trace. Ils permettront d’éviter le rancissement et prolonger la vie de vos savons !

Les précautions : faire son savon en toute sécurité

soude caustique danger

On ne le répétera jamais assez : la soude caustique est un ingrédient corrosif qui peut causer des brûlures chimiques importantes. 

Durant la préparation, la réaction exothermique présente des risques d’éclaboussures et une augmentation rapide de la température qui nécessitent des protections. Il sera donc primordial de réaliser les manipulations dans un endroit aéré, de s’équiper de gants, de lunettes de protection, d’une blouse ou de vêtements à manche longue pour vous couvrir entièrement et d’un masque de protection respiratoire pour se protéger des vapeurs toxiques qui pourront émaner de la soude.

Comment savoir si mon savon maison est raté ?

Il est possible que votre savon soit caustique, et pourra provoquer des brûlures. Cela sera dû à la soude qui n’a pas été consommée en totalité durant la réaction de saponification.

Heureusement, il existe des moyens simples pour reconnaître un savon caustique : 

  • Si votre savon ne mousse pas ou très peu et qu’il a un touché glissant qui persiste au rinçage. 
  • Si vous remarquez une sensation de picotements ou une irritation sur vos mains pendant ou après son utilisation.
  • Un savon normal a un pH basique, élevé à 9-10. Si son pH est plus élevé, il est caustique.
  • Si vous touchez rapidement votre savon avec le bout de votre langue, et que vous sentez une sensation de picotement violent, c’est qu’il est caustique. Si vous sentez simplement un goût savonneux, c’est qu’il est normal. C’est le test de la langue !
  • Si votre savon présente des zones avec des cristaux blancs, ou des poches remplies de liquide aqueux, il se peut qu’il soit caustique et que la soude ne se soit pas mélangée dans ces zones.

Que faire si mon savon est caustique ?

Ne l’utilisez surtout pas et jetez-le ! 

Vous pouvez le râper et utiliser ses paillettes pour faire votre lessive maison.

choisir saponification chaud ou froid
Découvrez nos cours vidéo pour vous lancer simplement et en toute sécurité dans la fabrication de vos savons en saponification à froid !

La recette de savon en saponification à froid

Équipement de protection :

  • Une blouse à manches longues et bas couvrant
  • Gants
  • Lunettes de protection
  • Masque chirurgical – Préférez un masque respiratoire qui filtre les vapeurs si vous utilisez de la soude pure.

On utilise ce matériel pour se protéger d’une projection de soude ou de pâte à savon sur votre peau. Si malgré tout cela venait à se produire, rincez abondamment la partie en contact avec la soude sous l’eau du robinet à température ambiante pendant plusieurs minutes. Si vous recevez une projection dans l’œil, rincez abondamment et consultez les urgences.

Quelques règles d’hygiène avant de se lancer :

  • Lavez vous les mains
  • Lavez votre matériel et pulvérisez-le d’alcool à 70° puis laissez évaporer

Le matériel pour faire son savon :

  • Une nappe pour protéger la table
  • Bols pour peser les corps gras
  • Béchers en inox ou plastique
  • Cuillères et maryses en silicone
  • Casserole
  • Un récipient haut pour mixer la pâte à savon
  • Un mixeur plongeant – Attention à ne l’utiliser exclusivement pour la préparation de savon
  • Un moule pour le savon en silicone ou une brique de lait ou de jus à réutiliser

Attention : la soude réagit au contact de certains métaux comme l’aluminium, évitez d’utiliser du matériel métallique s’il ne s’agit pas d’inoxydables. Évitez les récipients en verre et privilégiez le plastique rigide.

Pour la fabrication d’un pain de savon d’1kg200

Ingrédients et dosage :

60% d’huile d’olive

20% de beurre de karité

15% d’huile de coco

5% d’huile de ricin

Lessive de soude concentrée à 30%

Les étapes :

1 – Pesez 167 g de beurre de karité et placez dans un grand bécher. Pesez ensuite 125g d’huile de coco et ajoutez-la dans le bécher.

2 – Placez le bécher dans une casserole remplie d’eau pour faire un bain-marie.

3 – Pendant ce temps, pesez 501 g d’huile d’olive et 42 g d’huile de ricin.

4 – Une fois l’huile de coco et le beurre de karité fondus, ajoutez l’huile d’olive et de ricin dans le bécher.

C’est l’heure de la soude ! Enfilez vos lunettes et votre masque, que vous garderez jusqu’à la fin de la réalisation de la recette.

5 – Dans un bécher propre, pesez 365 g de lessive de soude.

6 – Versez la soude dans votre mélange d’huile, et pas l’inverse ! Vous éviterez ainsi les projections de soude.

7 – Si vous remarquez qu’un précipité se forme déjà au fond de votre bécher, c’est normal, la magie de la saponification commence à opérer ! Remuez doucement pour homogénéiser.

8 – Pour mixer la préparation et obtenir une pâte à savon, tenez fermement la anse du bécher d’une main et attrapez le mixeur de l’autre, puis mixez le tout en prenant soin de faire des petits mouvements circulaires et gardez bien le mixeur au fond du bécher pour éviter les projections. Remuez pour vérifier que le mélange est bien homogène.

Mixez jusqu’à obtenir la trace : la trace, c’est le signe visible qui nous indique que les 2 phases sont assez liées pour que la réaction chimique se mette en marche correctement. 

Elle peut être fine (et ressembler à une crème anglaise), moyenne (la pâte à savon à la consistance d’une crème dessert) ou épaisse (et ressembler à une mayonnaise ou une crème pâtissière). 

Pour la voir arriver, faites régulièrement des pauses et retirez doucement votre mixeur de la pâte à savon : si vous voyez la trace de votre mixeur dans la pâte, c’est le moment de s’arrêter ! Vous pouvez alors récupérer un maximum de pâte à savon sur le mixeur puis le poser loin de vous. 

9 – Si vous souhaitez des savons neutres et sans ajout, vous pouvez couler directement votre pâte à savon dans le moule.

10 – Si vous souhaitez réaliser une coloration, choisissez un des colorants minéraux ou végétaux détaillés plus haut dans l’article.

Versez une petite quantité du colorant de votre choix dans un bécher (ici, nous avons choisi des micas, colorants nacrés pour obtenir des couleurs vibrantes et variées) et mélangez si nécessaire avec quelques gouttes d’huile d’olive pour le diluer.

11 – Mélangez à l’aide d’une maryse dans le bécher et versez un peu de votre pâte à savon par-dessus.

12 – Mélangez bien pour obtenir une couleur homogène.

La quantité de savon à colorer dépendra du marbrage souhaité : ici, nous réalisons un marbrage à 3 couleurs.

13 – Coulez en alternance vos pâtes dans le bécher, l’idée étant de créer des rayures, comme les gâteaux marbrés de notre enfance ! Alternez jusqu’à la fin de votre pâte à savon. 

14 – Versez le contenu du bécher dans votre moule à savon. Vous pouvez créer des zébrages à l’aide d’une petite cuillère.

Ça y est, votre savon est terminé !

Comment nettoyer votre matériel ?

Une fois votre savon coulé, votre matériel est encore extrêmement gras à cause des huiles utilisées et vos ustensiles couverts de pâte à savon sont encore à manipuler avec précaution. Faites-les d’abord tremper dans l’eau pour enlever une partie de ce qu’il reste sur votre matériel. En attendant, isolez votre matériel dans une caisse fermée, hors de la portée des enfants et des animaux. Vous pourrez faire votre vaisselle après 48 heures.

Le séchage 

Avant de démouler le savon, il faudra attendre environ 48 heures pour que la saponification soit terminée et que le savon ait complètement durci. 

Le démoulage

Pour faciliter le démoulage, vous pouvez placer votre savon 30min au congélateur.

Pour démouler votre savon, le port de gants est recommandé car même après 48h, il est possible que le processus de saponification ne soit pas totalement terminé.

Commencez par tirer les bords de votre moule pour qu’il se détache. 

Une fois démoulé, vous pourrez découper votre savon à l’aide d’un couteau de cuisine, d’une lyre à fromage ou d’un découpeur à savon. Vous pourrez alors découvrir le résultat de votre marbrage ! 

La cure

Une fois vos savons découpés, stockez-les pour la cure. La cure, c’est le temps de repos nécessaire avant de pouvoir utiliser vos savons. Elle dure généralement de 3 à 4 semaines et permet au savon de sécher, d’allonger sa durée d’utilisation, et ajuste son pH qui baissera légèrement. 

Privilégiez un endroit bien aéré, sec et à température ambiante. Ne les tassez pas, ne les couvrez pas.

Après 4 semaines, vous pourrez utiliser vos savons : commencez par vous laver les mains avec. Si tout est normal et qu’une belle mousse se forme, votre savon est réussi ! Faites le mousser autant que vous voulez !

Et la saponification à chaud ?

Si la saponification à froid est une méthode qui prend du temps, le processus de formation du savon pouvant prendre entre 24h à 48h, la saponification à chaud est une autre alternative, plus communément utilisée par les industriels car elle est plus rapide. 

La saponification à chaud, ou saponification au chaudron, nécessite de chauffer quelques heures la pâte à savon avant d’être mise en moule. C’est la méthode traditionnelle du savon de Marseille !

Est-il possible de faire du savon sans saponification ?

La réponse est oui ! Il existe une méthode simple pour faire du savon sans passer par l’étape saponification : le Melt and Pour.

La technique du Melt and Pour

Le Melt and Pour, traduit en français “fondre et verser”, est une technique simple qui permet de sauter l’étape de la saponification et faire son savon maison en laissant libre court à sa créativité : c’est un mélange d’huiles, de sorbitol (du sucre hydratant) et de glycérine, une base de savon déjà saponifié qui permet la fabrication simple, rapide et en toute sécurité de savons maison ! 

Quelles sont les meilleures recettes de saponification ?

Découvrez les meilleures recettes de la communauté Kelvin pour fabriquer vos savons maison en saponification :

Cette recette de savon solide à l’huile de ricin, l’huile d’olive et l’huile de coco est douce et parfaite à utiliser pour toute la famille !

Vous hésitez à vous lancer dans la saponification à froid ? Cette recette simple de savon en Melt and Pour à l’argile rouge est idéale pour laver le visage et le corps. L’argile rouge purifie et illumine le teint, elle est parfaite pour les peaux sensibles.

Un savon sucré et parfumé à la lavande ? Cette recette de savon ultra-doux et hydratant vous fera profiter des bienfaits de l’huile essentielle de lavande vraie, véritable cure réparatrice pour la peau.

Foire aux questions

Saponification à chaud vs saponification à froid, laquelle choisir ?

La méthode de saponification à chaud est presque que la même que sa consoeur, à une étape près : les matières grasses et la soude seront chauffées pendant plusieurs heures voire plusieurs jours. Cela permet d’accélérer le processus de saponification, avant d’être rincé (pour éliminer les résidus de soude et enlever la glycérine) coulé, refroidi et découpé. Le savon pourra être utilisé après 24h ! C’est donc la méthode de fabrication de savon la plus rapide. Mais elle est aussi la plus couteuse en énergie, les phases de chauffage et de rinçage étant très gourmandes en électricité et en eau. Et si ces étapes accélèrent le processus de création du savon, elles retirent des huiles une grande partie de leurs bienfaits. Les savons peut être plus agressifs pour la peau si leurs composantes sont de basse qualité par l’utilisation de l’huile de palme par exemple. C’est la méthode la plus utilisée par les industriels car elle est facilement industrialisable et rapidement commercialisable, et on lui doit les stars des savons : le Savon de Marseille ou le Savon d’Alep.

Lorsque la saponification se fait à froid, elle échappe donc à l’étape « chauffage » et préserve alors toutes les propriétés des huiles et beurres végétaux utilisés. Cette méthode permet la conservation de la glycérine qui offre une meilleure hydratation de la peau. Les savons saponifiés à froid sont donc recommandés pour les peaux sèches et sensibles. On notera aussi que l’impact énergétique de cette méthode est bien plus faible, puisqu’elle utilise moins d’eau et d’électricité.
Choisir la saponification à froid, c’est faire le choix d’un savon qui se conserve moins longtemps mais qui favorise sa qualité et qui est plus respectueux de l’homme et de l’environnement.

Est-ce que le savon en dur peut être sale ?

le savon est il sale

Il existe un mythe selon lequel le savon solide serait un nid à bactéries. Rassurez-vous, c’est faux ! 
Lorsqu’on se lave les mains avec de l’eau et du savon, les molécules de savon emprisonnent la saleté, qui est attirée par l’huile présente dans nos savons, avant d’être repoussée et dispersée dans l’eau. Le savon peut porter des bactéries qu’il a emprisonné à sa surface, mais il se nettoie par la même action qui nous aide à nous nettoyer les mains : frottez nos mains contre le savon et le rincer avec de l’eau élimine les micro-organismes nocifs de nos mains et du savon et les renvoie dans l’eau. 
En prenant soin après chaque utilisation de rincer et de faire sécher votre pain de savon, votre savon restera propre !

Peut-on produire du savon noir avec une huile végétale raffinée ?

Le savon noir est fabriqué à base d’huile d’olive et d’huile de lin. Il est tout à fait possible de fabriquer du savon noir à la maison : pour cela, on mélange les huiles végétales à de la potasse, de l’hydroxyde de Potassium, qui, comme la soude caustique est un ingrédient fortement basique et corrosif. Les précautions sont donc les mêmes à prendre que pour la manipulation de la soude !

Et vous, vous êtes-vous déjà lancé dans la saponification ?

Partagez votre expérience dans les commentaires !

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Quel moule à savon utiliser pour faire son savon maison ? - […] des substances toxiques lors des longues cuissons de nos aliments à haute température. Si la saponification à froid est…
  2. Melt and Pour : la recette du savon maison sans soude - […] fabriquer votre savon à la maison, il y a deux façons de procéder. Vous pouvez opter pour la saponification…
  3. Recette de shampoing solide : avec tensioactif ou en SAF ? - […] saponifiés à froid sont, comme leur nom l’indique, des shampoings réalisés en suivant le processus de saponification à froid.…
  4. Comment choisir sa base de savon pour un savon sans soude ? - […] savon et permet une grande liberté de création. Nous vous expliquons tout dans notre article pour vous lancer en…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.